Heroes Stories est un forum RPG créer sur les bases de la série Heroes.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

La peinture de l'enfer occasionnel (PV avec Caitlin Evans)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
AuteurMessage
avatar
Tyler Laughlin

# WARRIOR #

Messages : 4004
Age : 25

Passeport
Puissance:
40000/50000  (40000/50000)
Lieux de résidence:


MessageSujet: Re: La peinture de l'enfer occasionnel (PV avec Caitlin Evans) Mar 22 Juin - 18:56

J'ignorais pour quelle raison, mais les coïncidences culinaires se multipliaient entre nous. C'était unbe expérience inédite mais j'appréciais tout ceci. J'étais surpris et heureux à chaque seconde. Je ne pouvais qu'apprécier ce genre de rencontres. Caitlin avait trouvé le moyen de ramener le sourire dans ma vie. En plus, je pouvais lui faire plaisir. Elle aimait les profiteroles et il se trouvait que j'en avais. Quand je disais que je pouvais satisfaire chaque souhait possible, je n'avais pas si tort que ça finalement.

- Tes désirs sont des ordres Caitlin. Il se trouve que j'en ai. Je vais les chercher.

Je fis l'aller-retour entre la cuisine et elle. J'apportais deux bols où étaient les profiteroles, avec le nécessaire. Mais, je devais lui demander quel genre d'accompagnement elle souhaitait. Elle pouvait très bien avoir une habitude culinaire que je ne connaissais pas. Ce serait quelque chose d'inédit pour moi. Je pouvais être impressionné par n'importe quoi de toute façon.

- Tu souhaites quelque chose de particulier avec tes profiteroles ? Une habitude culinaire particulière ? Tu peux me demander ce que tu veux. N'importe quel désir venant de toi pourra être réalisé, crois-moi.

J'avais vraiment envie de m'exposer à quelque chose de largement plus fantaisiste que tous ces malheurs. Voir le sourire de Caitlin pour retrouver le mien était la meilleure chose qui pouvait m'arriver. Je remis la couronne d'Hamlet sur ma tête, en s'assurant qu'elle n'allait pas tomber aussi lachement que tout à l'heure, et partit en cuisine, chercher les accompagnements dans le domaine de la boisson et dans le domaine culinaire. Tout était possible. Moi, la dernière fois que j'avais mangé des profiteroles, j'avais également pris de la crème chantilly. En même temps, je mange tout avec de la chantilly : les gauffres, les crèpes, enfin tous les trucs que nous mangions que par plaisir et non comme plat traditionnel. J'attrapais l'emballage de crème chantilly et tout en le secouant, je repensais encore à cette histoire. J'avais peur, vraiment peur. Tout se bousculait dans ma tête : la mort de Jillian, mon traumatisme, ma solitude, le fantôme que j'étais, l'illusion que je me fabriquais, la chute, les obstacles, le père de Caitlin, Caitlin elle-même, Nathan, tou, absolument tout. J'étais perturbé par tout ce carnage et déboussolé par les événements possibles. Tout mon organisme sonnait l'alerte. J'étais pétrifié. L'emballage encore fermé tomba à terre sans que je ne m'en rende compte. Caitlin vint vers moi.

- Je...je ne sais pas ce qui m'a pris.

Cela se voyait vraiment que j'étais déboussolé. Physiquement parlant j'allais mieux, mais émotionnellement parlant, ce n'était pas trop le cas. Pourquoi m'étais-je redessiné toutes ces choses dans ma tête ? Pourquoi ? Appréciais-je la présence de la souffrance, que j'étais censé moi-même détester ? Je ne comprenais plus rien. Je ne savais pas vraiment ce qui s'était passé. Il n'y avait peut-être qu'une seule explication : mon traumatisme. J'avais repensé à tout ceci sans aucune raison. Je n'avais aucune justification à cet acte. Mon dieu, mais qu'est-ce que j'ai fait ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Caitlin Evans

\*/ APPRENTI \*/

Messages : 1326
Age : 34

Passeport
Puissance:
40000/50000  (40000/50000)
Lieux de résidence:


MessageSujet: Re: La peinture de l'enfer occasionnel (PV avec Caitlin Evans) Mer 23 Juin - 18:54

Il était heureux finalement. Nous pouvons de nouveau être heureux lui comme moi. Sentir le bonheur était quelque chose de rare. C'est inéstimable. Pour lui, j'étais une reine. Cela me faisait du bien d'être heureuse. J'appréciais tous les moments de détente. Ce qui me fait plaisir c'est qu'il en a. Il va en chercher.

Caitlin : Merci Tyler. C'est vraiment très gentil à toi.

Il faisait l'aller-retour dans la cuisine et reviens vers moi. Il avait apporté deux bols où étaient les profiteroles avec bien sûr le nécessaire pour les faire. Il me demande si je voulais quelque chose de particulier avec les profiteroles. Il aimerait savoir si j'ai une habitude culinaire particulière. Je peux lui demander ce que je veux. Wow ! Il peut réaliser n'importe lequel de mes désirs. C'est vraiment très gentil à lui.

Caitlin : Je pense que je suis classique dans mes désirs culinaires surtout au niveau des gauffres. De la glace à la vanille à l'intérieur avec du chocolat chaud par dessus. Si tu connais un moyen de manger autrement des profiteroles, je suis prête à les goûter.

J'étais heureuse. Cela me faisait du bien d'être dans cet état. C'était si rare. Mon pouvoir n'offrait pas vraiment de moments de bonheurs comme ça. Les seuls moments où je pouvais connaître le bonheur étaient avec ma famille. Mais aujourd'hui, je suis la seule Evans encore à être elle-même. L'important pour moi est de le voir heureux. ll remet la couronne d'Hamlet sur la tête. Il part en cuisine chercher les accompagnements comme des boissons mais aussi autre chose. C'était de la chantilly. Soudain, je sentais qu'il avait peur. Qu'est-ce qui était en train d'arriver exactement ? J'entendais du bruit. Je préfère aller voir ce qui se passe exactement. Il hésitait. Il disait qu'il ne savait ce qui lui avait pris exactement. Il fallait que je sache.

Caitlin : Que se passe-t-il Tyler ? Tu es blessé ? Je peux t'aider, tu le sais. Je serais toujours là pour toi. Dis-moi ce qui t'arrive.

Il était déboussolé. Je le ressentais au plus profond de mon être. Cela se voyait également sur son visage. J'étais vraiment inquiète. J'aimerais comprendre ce qui a bien pu se passer exactement. C'est un homme exceptionnel qui ne mérite en aucun cas de souffrir. Pourquoi lui faire ça ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Tyler Laughlin

# WARRIOR #

Messages : 4004
Age : 25

Passeport
Puissance:
40000/50000  (40000/50000)
Lieux de résidence:


MessageSujet: Re: La peinture de l'enfer occasionnel (PV avec Caitlin Evans) Mer 23 Juin - 19:51

Complètement déboussolé par mes propres sentiments, je restais complètement perdu. Je ne comprenais pas du tout ce qui avait pu m'arriver en si peu de temps. Caitlin était là, à côté de moi. Elle me posait plein de questions car elle s'inquiétait, et je pouvais comprendre ce sentiment. Je restais vraiment effrayé et dans l'inconnu total. Caitlin avait ramassé l'emballage que j'avais fait tombé. Celui-ci, d'ailleurs, m'avait légèrement coupé la main. Je m'en étais à peine rendu compte, complètement absorbé par ma représentation de la scène la plus traumatisante de ma vie. Caitlin devait ressentir mon état désespéré et c'était encore une fois de ma faute. Je ne pouvais pas m'empêcher de m'opposer à cette promesse que je m'étais faite à moi-même. C'était complètement impossible pour le destin d'accepter cette proposition de bonheur. Je ne savais pas pourquoi toutes les chances de bonheur se retournaient sans cesse contre ma personne. Le destin avait quelque chose contre moi, j'ignorais quoi, mais c'était important. Quand Caitlin prit ma main blessée, je sortis enfin de mon absence douloureuse. Je la regardais, les yeux humides de larmes. J'étais complètement paniqué.

- Je ne comprend pas. Je ne sais pas ce qui m'a pris. J'ai paniqué, j'ai tout fait tomber. Je ne comprend pas ce qui s'est passé. C'était très étrange.

Mes phrases étaient courtes. Je parlais assez vite sous l'effet de la panique. Je ne voyais plus cette rétrospective du passé, mais la peur, qu'elle m'envoyait, était restée prisonnière en moi. Elle agissait comme une enchanteresse sur mon âme. J'étais pétrifié par sa domination sans faille. Je ne savais pas quoi faire pour m'en débarasser. Je ne comprenais plus rien.

- Je t'assure, je ne voulais pas que cela arrive. Ce n'était pas du tout mon intention. Je ne comprend absolument pas ce qui se passe dans ma tête. J'ai vraiment peur.

Est-ce que tout ceci n'était pas la simple image d'une éventuelle séquelle ? Etait-ce là la preuve que j'avais effectivement quelque chose d'important, quelque chose que je minimisais au profit de la présence de Caitlin ? Mais je n'avais pas mal, je ne ressentais rien. Comment était-ce possible alors ? Je ne comprenais absolument pas tout ce qui se passait. Tout ceci me dépassait largement. J'étais un petit acteur de la situation, pas assez puissant pour résister à cette peur liée au traumatisme de ma vie, celui qui concernait la mort de Jillian. Une séquelle ? Une illusion ? Une vieille blessure ? J'étais partagé entre toutes ces hypothèses possibles sur mon sort. Je ne pouvais pas décider entre elles pour affirmer l'exactitude parfaite d'une seule. Je n'avais aucune preuve montrant que l'une d'entre elles était vraie. Je me faisais peut-être un film de toutes ces histoires. J'étais peut-être en train de me faire du mauvais sang pour rien. Mais ceci, je ne pouvais pas le savoir. J'étais bien trop faible pour comprendre la véritable réponse.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Caitlin Evans

\*/ APPRENTI \*/

Messages : 1326
Age : 34

Passeport
Puissance:
40000/50000  (40000/50000)
Lieux de résidence:


MessageSujet: Re: La peinture de l'enfer occasionnel (PV avec Caitlin Evans) Ven 25 Juin - 13:35

Je remarque l'emballage finalement à terre. C'est ce qui était tombé d'ailleurs. Je le ramasse et je le pose ensuite un peu plus loin sur le comptoir en fait. Il était vraiment paniqué. Je m'inquiète pour lui. Il ne mérite pas de souffrir ainsi. Je ne le souhaite à personne pour rien au monde. Je ressentais au plus profond de moi sa panique. C'était vraiment une sensation étrange. Je devais me contrôler. Je ne devais pas paniquer à mon tour sinon qui pourrait aider Tyler. Je sentais également qu'il avait mal. Il s'était blessé. Je regardais un peu partout. Je remarque qu'il s'est blessé au niveau de la main. Je lui prend sa main blessée. Je voulais savoir comment était sa blessure. Il sortait de son absence. Il me regarfait. Il était vraiment triste. Je le ressentais tout comme sa panique en fait. Il me dit qu'il ne comprend pas ce qui s'est passé. Il ne sait pas ce qui lui a pris. Il a paniqué, il a tout fait tomber. Il trouve cela très étrange. Je devais le rassurer, être là pour lui. Je devais contrôler toutes ses émotions que je ressentais. C'était mieux ainsi sinon, je ne pouvais aider mon ami.

Caitlin : Il faut que je te soigne cette blessure. Tu t'es blessé. On va comprendre ce qui s'est passé. Je suis là pour t'aider. Je serais là pour toi. Tu es mon ami. Je ne te laisserais jamais tomber.

Il était effrayé. Je ne l'avais jamais vu comme ça. Cela me faisait peur également. Toutes ses émotions arrivent en moi tout d'un coup. Je dois garder le contrôle, c'est important sinon je ne sais pas ce qui pourrait bien arriver. Il m'assure qu'il ne voulait pas que cela arrive. Ce n'était pas son intention. Je le crois. Il ne comprend pas ce qui se passe dans sa tête. Je sais qu'il a peur. Il faut vraiment que je le rassure.

Caitlin : Je sais, que ce n'était pas ton intention. On comprendra ce qui t'es arrivé, ne t'en fait pas. Peut-être qu'il faudrait t'allonger qui sait afin de te reposer. C'est une solution. Je vais m'occuper de tout ça. Tu n'es pas seul dans cette épreuve. Je suis là avec toi.

Je lui avais proposé de s'allonger. J'espère qu'il va accepter. Il voulait préparer des profiteroles pour moi. Tout ceci est peut-être arrivé par ma faute. Je m'en veux. Cela ne se serait pas produit s'il n'était pas en train de préparer des profiteroles pour moi. Je dois l'aider. Peut-être que je peux les préparer moi-même. Cela fait un certain temps que je n'ai pas cuisiné. Il se posait tellement de questions. Je me souviens que j'avais demandé de l'aide. Mais il n'y avait personne qui était venu. Je ne sais pas quoi faire. Il ne reste plus que l'ami de Tyler. C'est le seul espoir afin de comprendre ce qui se passe.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Tyler Laughlin

# WARRIOR #

Messages : 4004
Age : 25

Passeport
Puissance:
40000/50000  (40000/50000)
Lieux de résidence:


MessageSujet: Re: La peinture de l'enfer occasionnel (PV avec Caitlin Evans) Ven 25 Juin - 17:22

Complètement paniqué, je savais que je ne maitrisais plus rien. Chacun de mes mouvements, chaque parcelle de mes gestes et de mes émotions, étaient hors de contrôle. Je n'étais plus le maître incontesté de moi-même. Mon âme se laissait manger par la panique. Ce traumatisme pouvait encore empoisonner mon existence, et je ne pouvais rien faire pour le ralentir. J'étais pétrifié par toutes ces pensées. L'enfer gagnait de plus en plus de domination sur moi. Tout ceci devait s'arrêter mais j'ignorais comment faire. J'avais besoin d'aide et de toute urgence. Cailtin me proposait d'aller m'allonger. C'était peut-être ce qu'il fallait faire, pour penser un peu à ma santé, pour pouvoir songer éventuellement à ma guérison totale.

- Tu as raison Caitlin. Je devrais aller me reposer afin de récupérer. Cette panique partira peut-être grâce à ce repos. Je ne comprend vraiment pas ce qui a pu m'arriver. Toutes ces mauvaises pensées sont arrivées en même temps, j'ignore pour quelle raison. J'aimerais comprendre mais j'ignore si je le peux vraiment.

Je voulais tenter d'y aller seul, mais Caitlin m'avait rattrapé. Elle voulait servir d'appui jusqu'au canapé.

- Merci Caitlin pour ton aide. J'ai vraiment beaucoup de mal à tenir.

Avec l'aide de Caitlin, je parvins jusqu'au canapé et m'allongea. L'occasion était là pour tenter de retrouver ma forme. Il était temps de penser un peu à ma santé. Je pouvais essayer de vider mes pensées afin de retrouver mon calme. Cette panique avait quand même réussi à me blesser. Dans le but de soigner cette égratignure, Caitlin alla chercher quelque pansements et le nécessaire pour soigner ceci. C'était quand même une grande coupure assez profonde. J'essayais de retrouver mon calme mais des images de Jillian et de son meurtre apparaissaient sans cesse dans ma tête. J'étais une proie facile face à ce traumatisme. J'étais pétrifié et vulnérable face à tout ce qui se passait.

- Je ne comprend pas. Je te vois et pourtant tu es morte. Tu hantes mon esprit alors que quelqu'un t'a tuée. Je devrais t'oublier mais je ne peux pas. Cette scène m'a traumatisé. Je l'admets.

Voilà maintenant que je me mettais à parler tout seul. C'était vraiment grave. Cet enfer devait s'arrêter. J'en avais assez de la noblesse de la souffrance. Je ne supportais plus tout ceci. Le problème était que ceci n'allait certainement pas s'arrêter car Caitlin n'était toujours pas sortie de la salle de bain. Qu'est-ce qui se passait encore ?

- Caitlin ? Tout va bien ? Caitlin ?

Aucune réponse. J'avais de plus en plus peur.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Caitlin Evans

\*/ APPRENTI \*/

Messages : 1326
Age : 34

Passeport
Puissance:
40000/50000  (40000/50000)
Lieux de résidence:


MessageSujet: Re: La peinture de l'enfer occasionnel (PV avec Caitlin Evans) Ven 25 Juin - 22:10

Je le sentais toujours aussi paniqué. Je n'aimais pas ça. J'étais vraiment inquiète pour lui. Je ne voulais pas qu'il lui arrive quelque chose. Je ne pourrais le supporter. Finalement, il me dit que j'ai raison et qu'il devrait aller se reposer pour récupérer. Il dit que cette panique pourrait partir grâce à ce repos justement. Il n'arrive toujours pas à comprendre ce qui a bien pu arriver. Moi aussi, j'aimerais comprendre. Il m'explique que toutes ces mauvaises pensées sont arrivées en même temps. Il ignore la raison de tout ça. Je voyais qu'il voulait tenter d'aller seul sur le canapé. Il valait mieux que je sois avec lui. Je le rattrape. Je devais servir d'appui pour qu'il puisse aller jusqu'au canapé. Il me remercie pour mon aide. Il avoue qu'il avait du mal à tenir le coup. Je devais le rassurer.

Caitlin : On comprendra ce qui s'est passé, ne t'en fais. Je suis là avec toi. J'espère énormément que ce repos te soit bénéfique. Tu mérites de connaître le bonheur. C'est normal que je t'aide. Tu es mon ami.

On arrive finalement vers le canapé. Je l'aide à s'allonger. Je ne pensais plus à sa blessure mais mon pouvoir si. Je vais vers la salle de bains. Il fallait que je prenne quelques pansements, du coton et un peu d'alcool pour tout désinfecter. Je vais vers la trousse à pharmacie. J'arrive toujours à trouver ce qu'il faut. J'ai trouvé les pansements, le coton et l'alcool pour désinfecter. Je vais pouvoir aller retrouver Tyler tranquillement. Quand je me tourne, voilà que je me retrouve face à mon père. Il était là. Visiblement, il n'allait pas bien. Il était même blessé.

Caitlin : Dis-moi ce qui s'est passé ?

Richard : Plus tard, je suis venu pour me faire soigner et tu es là.

Caitlin : Tu crois que je vais te soigner ?

Richard : Tu es comme ta mère, tu ne laisserais tomber personne même si elle a fait des choses qui ne te plaisent pas. Je te connais mieux que tu ne te connais toi même.

J'entendais Tyler qui m'appelait. Il me demandait si tout allait bien.

Richard : Il vaut mieux que tu t'occupes de moi. Tyler c'est pour plus tard.

Caitlin : Arrête de me donner des ordres !

Je n'arrive pas à croire que je soigne mon père. Il était différent de tout à l'heure. Il était distant mais différent de la phrase horrible qu'il avait prononcé. Je passais par les différentes étapes. Il s'était blessé gravement à l'épaule. Je lui mettais délicatement son pansement. C'était un sensible mais il ne m'a jamais vraiment montré. Jamais, je ne pensais que j'aurais pu discuter avec mon père comme ça alors qu'il projette de changer les choses mais de manière horrible.

Caitlin : J'aimerais que tu arrêtes Papa, tes projets. Je voudrais qu'on reforme une famille.

Richard : Je suis désolé.

Des hommes arrivent par la fenêtre. On me projette violemment contre le mur. Mon père était en colère. Finalement, il part en volant. Ils le poursuivent. Il y en a un qui est resté. J'étais toute seule. J'avais mal à la tête. Je saignais même. Mon pouvoir était lié à mon mental. J'étais fragile. Je ne pouvais rien faire, j'étais prise au piège. Il ne me restait qu'un dernier recours. Je sais qu'il n'est pas en état mais il peut me défendre.

Caitlin : Tyler !!!!!!!!! Aide-moi !!!!!!!!!!!!!

J'espère qu'il aura entendu mon appel. Je le souhaite de tout coeur.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Tyler Laughlin

# WARRIOR #

Messages : 4004
Age : 25

Passeport
Puissance:
40000/50000  (40000/50000)
Lieux de résidence:


MessageSujet: Re: La peinture de l'enfer occasionnel (PV avec Caitlin Evans) Sam 26 Juin - 10:27

Aucune réponse à mon appel, cela commençait sérieusement à m'inquiéter. Il y avait encore une fois un problème. Je n'étais pas en état, je l'avais compris, mais j'étais le seul à pouvoir faire quelque chose. Mais comment ? Déjà que j'avais eu besoin d'aide pour me diriger jusqu'au canapé, comment pouvais-je me déplacer seul ? Je devais y arriver pourtant. Il fallait que je le fasse. Au bout d'un moment, je l'avais entendu, elle m'appelait au secours. Je m'appuyais à chaque recoin de l'appartement et commença à avancer même si ma main me faisait souffrir. J'arrivais enfin devant la salle de bain, d'où le son du problème s'échappait de manière très claire. Caitlin était en danger. Il y avait visiblement quelqu'un à l'intérieur et cette personne lui voulait du mal. Je devais vraiment faire quelque chose. J'enflammais ma main, pas celle qui est blessée, pour me préparer à l'attaque et ouvrit la porte. L'inconnu me vit directement et voulut m'attaquer mais ma flamme partit juste avant. Le problème, c'était que j'avais oublié une chose, s'il avait un pouvoir lui aussi, j'étais mal. Je lui lançais donc ma flamme, qu'il n'eut pas le temps de risposter. Il attérit contre le mur, blessé et inconscient. J'avais le temps d'aller voir Caitlin et me rendre compte de son état. Elle était blessée à la tête, ce qui était assez important du point de vue de son pouvoir. Je voulais la soigner mais l'autre type s'était réveillé. Il allait vouloir se venger. Je me relevais donc pour me diriger vers lui. Mes flammes étant toujours armées, je pouvais lui lancer mon attaque directement, ce que je fis. Malheureusement, quelque chose, que je n'avais pas prévu, se passa. L'homme avait effectivement un pouvoir et c'était un pouvoir lié à l'électricité. Il m'avait lancé un arc électrique avant de tomber par la fenêtre. Je percutais le mur, d'une manière encore plus violente que celle de Caitlin, mais j'étais encore conscient. Je lui tenais la main. J'avais peur pour elle davantage que pour moi-même.

- Caitlin, tout est fini maintenant. Ils sont partis.

M'entendait-elle au moins ? Elle ne me répondait pas, je commençais à m'inquiéter.

- Caitlin, tu m'entends ?

Toujours aucune réponse, j'avais vraiment peur. Elle était blessée et c'était uniquement ma faute, rien de plus, rien de moins. Tout en pleurant, je l'appelais encore. La troisième tentative devait être la bonne.

- Caitlin, dis-moi que tu m'entends, je t'en supplie. C'est complètement de ma faute si tu es dans cet état-là. Tu as été blessée alors que tu ne souhaitais que me soigner. Je suis tellement désolé. C'est entièrement ma faute.

Je ne savais pas si cette tentative allait être la bonne. J'avais très mal mais je me préoccupais de son état. Elle était tout ce qui m'importait. J'avais peur pour elle. Je devais attendre un moment avant de savoir si elle m'entendait. Mais allais-je pouvoir tenir ce moment à attendre son retour ? Mon état était également grave même si je m'en fichais pas mal. Mes forces étaient faibles.

- Je suis tellement désolé Caitlin, c'est de ma faute.

En ayant dit le même discours qu'avant, je savais que j'avais scellé la fin de ma période de conscience. Je n'allais pas tenir longtemps et je n'avais même pas entendu si Caitlin m'avait répondu. Je m'écroulais donc, à côté d'elle, complètement faible et triste de n'avoir rien pu faire pour la soigner. Je le voulais pourtant mais les circonstances m'en avaient empêché.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Caitlin Evans

\*/ APPRENTI \*/

Messages : 1326
Age : 34

Passeport
Puissance:
40000/50000  (40000/50000)
Lieux de résidence:


MessageSujet: Re: La peinture de l'enfer occasionnel (PV avec Caitlin Evans) Sam 26 Juin - 12:30

J'étais prise au piège. J'ai vu mon père, je le voyais poursuivi par ses hommes. Celui-ci voulait me mettre hors d'état de nuire. Je ne suis qu'une jeune femme qui voit son monde en train de s'écrouler devant elle. Je le savais depuis longtemps. Ma vie n'a été qu'un enfer depuis mon enfance. Cela s'est aggravée le jour où Sylar m'a tout prix. Je lui en veux pour tout le mal qu'il a causé à ma famille. Je suis seule maintenant de la famille Evans à tenir le coup dans le camp du bien. L'homme allait me tuer. J'allais mourir. Mon père avait raison finalement. Je ne serais plus de ce monde. J'aurais fait un tour éclair dans cette ville. Je n'aurais pas eu le temps de tout découvrir et surtout d'accomplir ma tâche : réunir ma famille. Je voyais Tyler. Il était finalement venu me sauver. Il attaque l'homme avec une flamme. L'homme n'a pas eu le temps d'attaquer. Il attérit contre le mur. Il était inconscient. Il venait me voir. J'étais sonnée et sous le choc. Il voyait que j'étais blessée au niveau de la tête. L'homme s'est relevé. Tyler se dirige vers lui. Il pouvait toujours attaquer de nouveau. Il a pu lui lancer de nouveau des flammes. L'homme allait passer par la fenêtre mais il lui lance des arcs éléctriques. Il percute le mur. C'était encore plus fort que moi. Il allait avoir encore plus mal et ce sera de ma faute. Il me tenait la main. Je ne réagissais pas. J'étais choquée par tout ce que je venais de voir. J'étais impuissante face à tout ce qui vient d'arriver. Il me parlait sûrement. Je voyais que ses lèvres étaient en train de bouger mais je n'entendais rien. Je voyais qu'il était inquiet pour moi. Je n'arrive plus à distinguer quoi que ce soit. Je commençais à ressentir ses émotions. Il avait peur. Je le voyais en train de pleurer. Je commençais à l'entendre. Il me demande si je l'entends. Il pense que c'est complètement de sa faute si je suis dans cet état. Ce n'est pas le cas. Il ne sait pas que mon père est venu me voir. Il me dit que j'ai été blessée alors que je ne voulais que je le soigner. C'est vrai que je voulais le soigner mais ce n'est pas de sa faute. Il était vraiment désolé. Il s'était répété. Oh, non, il était gravement blessé. Non, je ne voulais pas qu'il ait un problème. Je ne le voulais en aucun cas. Quelques minutes sont passées. J'arrive finalement à prononcer quelques mots.

Caitlin (faible) : Tyler ? Je suis là. Ce n'est pas de ta faute. Ce n'est en aucun cas de ta faute. Mon père était ici.

Il s'écroule à côté de moi. Je commence à me réveiller doucement. Je suis auprès de lui. Je m'en voulais de ce qui venait de se passer. Je n'aurais pas du l'appeler. Mais si je ne l'avais pas fait, je serais peut-être morte.

Caitlin : Je suis là Tyler. Je suis là. Je t'en prie. Ne me laisse pas.

J'étais en train de pleurer. Mon père est passé par là et voilà qu'après c'est l'apocalypse.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Tyler Laughlin

# WARRIOR #

Messages : 4004
Age : 25

Passeport
Puissance:
40000/50000  (40000/50000)
Lieux de résidence:


MessageSujet: Re: La peinture de l'enfer occasionnel (PV avec Caitlin Evans) Sam 26 Juin - 13:54

Je me retrouvais encore une fois dans l'obscurité entière de l'oubli. J'avais quitté la lumière en laissant Caitlin, l'une des plus belles représentations angéliques que j'avais pu rencontrer dans ma vie. Elle était blessée, elle avait besoin de mon aide, mais j'étais encore faible, comme d'habitude. Mon choc contre ce mur avait été très fort, encore plus que le choc découlant de la chute inexpliquée. Pourquoi l'enfer ne cessait-il pas son jeu ? Je voudrais vraiment que tout s'arrête enfin. Je ne supportais pas cette arrivée massive de malheur dans ma vie. Je partais en fumée peu à peu dans ces ténèbres de la désolation. J'avais peur dans cet état d'inutilité massive, mais j'avais surtout peur pour Caitlin. Elle s'inquiétait pour moi alors qu'elle avait également mal. Je le savais car je l'entendais m'appeler sans pour autant être capable de réagir. Je voulais me réveiller et lui dire que j'étais présent auprès d'elle mais je ne pouvais pas, j'en étais incapable. Cet enfer avait encore gagné des parts de sa domination quasi entière. Je ne pouvais pas riposter. J'étais faible et vulnérable face à une chose qui me dépassait largement. Pourquoi ne pouvais-je pas me défaire de cette influence diaboliquement horrible ? Pourquoi ne pouvais-je tout simplement pas vivre dans la joie, que je souhaitais tellement ? A priori ce n'était pas possible, enfin pas encore. Je pouvais le souhaiter très fort en récoltant la simple banalité d'un refus.

Elle m'appelait encore. Je ne pouvais toujours rien faire. Si je le pouvais, je criais mais je ne pouvais pas. Pourquoi ? Parce que cette lueur ténébreuse me mangeait au sens littéral. Je ne savais pas comment m'en défaire. J'étais tellement impuissant, mais elle était à l'extérieur. Caitlin était là, elle voulait que je me réveille, mais rien, juste un éclat plongé dans la perspective même de l'oubli. Je ne souhaitais que vivre mais l'oubli emportait l'intégralité de mes espérances. J'étais vulnérable tout en étant en proie à une fin incertaine. Pouvais-je encore vivre ? Allais-je mourir ? Je ne savais pas ce que le destin me réservait. Je devrais subir encore une fois une décision, que je ne souhaitais pas du tout. Cette décision pouvait me faire souffrir comme me rendre la joie. Cette dualité entre les deux décisions était ce qui m'inquiétait le plus. Je ne voulais pas subir une issue meurtrière. Je voulais encore vivre. Je n'avais pas tout appris de ce monde. L'inconnu demeurait toujours sur mon apprentissage. Je n'étais qu'un humain, qui ne connaissait pas tout de la vie. Laissez-moi encore une chance.

Encore une fois, Caitlin m'appelait. Elle avait vraiment peur pour moi. Elle ne souhaitait que me revoir réveillé. Je le voulais aussi mais le pouvais-je ? En avais-je encore les capacités suffisantes pour le faire ? Je devais tout faire. Je pouvais le faire. Je n'étais pas si faible pourtant. Je devais en être encore capable. Je devais essayer de forcer mes faibles capacités mentales actuelles. En me concentrant sur l'objectif, je devrais y arriver. Il fallait le faire. Je ne pouvais pas accepter une fin d'une banalité aussi meurtrière que l'oubli des ténèbres. Je voulais vivre. Je voulais rassurer Caitlin. Je ne souhaitais en aucun cas la quitter. Voir ses larmes serait une trop intense souffrance pour moi. Je devais me réveiller !!!!

Le miracle se produisait enfin. J'ouvrais lentement les yeux et vit Caitlin, qui pleurait. Je ne voulais pas la voir ainsi. C'était une intense souffrance, que de comprendre que c'était de ma faute. C'était horrible mais c'était le cas. Il fallait que je prononce quelques mots. Peu importe si j'étais faible ou pas, je devais lui dire, que j'étais là, que j'étais de nouveau présent auprès d'elle.


- Caitlin, je....suis là. Je...je suis réveillé.

Encore bercée par les larmes, qu'elle versait depuis mon absence, Caitlin pouvait retrouver le sourire. J'étais présent auprès d'elle même si mon état était grave. Nos deux chocs avaient laissé une large trace de sang sur le mur. Dans ce groupement devait également exister le mien. Mon choc avait été plus violent que celui de Caitlin, qui était déjà important.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Caitlin Evans

\*/ APPRENTI \*/

Messages : 1326
Age : 34

Passeport
Puissance:
40000/50000  (40000/50000)
Lieux de résidence:


MessageSujet: Re: La peinture de l'enfer occasionnel (PV avec Caitlin Evans) Sam 26 Juin - 18:24

Je m'inquiétais pour lui. Il ne me disait rien du tout. J'avais mal. Je saignais même. Cette épisode est douloureux pour moi. J'ai pu un peu parler avec mon père mais ses hommes le poursuivent. Qui sont-ils ? Est-ce qu'ils veulent l'arrêter car il veut changer le monde ? C'est bien possible. Ils voulaient même me faire du mal. Mon père veut changer le monde. Moi, je veux le sauver, c'est différent. Je voulais savoir s'il allait bien.

Caitlin : Tyler ? Tu m'entends ? Je t'en prie, ne me laisse pas.

Je pleurais toujours. Tyler ne réagissait pas. Je m'en voulais de ce qui s'était passé. Je m'en voulais terriblement. C'était mon enfer le responsable de ce qui vient d'arriver. J'en veux à mon père. Mais en même temps, je veux le sauver. C'est un dilemne. Je devais réessayer de l'appeler. Je devais savoir s'il allait bien. Je m'inquiétais tellement pour lui.

Caitlin : Tyler ? S'il te plait, réveille-toi !

Je pleurais toujours. Je m'en voulais. Tout était de ma faute. Je ne voulais pas que Tyler paye pour ce qui s'est passé. Dieu, s'il vous plait, ne faîtes pas payer à Tyler mes erreurs. Il ne le mérite pas. Je devais essayer de réveiller Tyler. Il le fallait.

Caitlin : Tyler ? Ne me laisse pas. Je ne pourrais pas le supporter.

Je paniquais. J'avais peur pour lui. Je voulais qu'il se réveille. Je voulais savoir comment il alllait. C'était le plus important pour moi même si j'avais mal, que je saignais au niveau de la tête. C'était moins important que lui. Il ne réveillait pas. Je m'inquiète de plus en plus. Je pleurais encore et encore. Il ouvrait lentement les yeux. Je pleurais toujours. Mais je ne devrais plus quelque part, il était de retour auprès de moi. Mais je ne pouvais m'en empêcher. Il me disait qu'il était réveillé. Je devais sécher mes larmes. Je retrouve peu à peu le sourire. Il était là. Je vois l'état du mur. Le combat a été rude.

Caitlin : Je suis tellement heureuse que tu sois réveillée si tu savais. J'ai eu tellement peur pour toi. Je ne voulais pas te perdre.

J'étais heureuse de le retrouver. Maintenant, le but était de récupérer. On vient de vivre une rude épreuve.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Tyler Laughlin

# WARRIOR #

Messages : 4004
Age : 25

Passeport
Puissance:
40000/50000  (40000/50000)
Lieux de résidence:


MessageSujet: Re: La peinture de l'enfer occasionnel (PV avec Caitlin Evans) Sam 26 Juin - 19:54

Réveillé, mal en point, faible, vulnérable... Une liste indénombrable d'adjectifs qualificatifs pouvait définir mon état actuel. Nous avions tous les deux percuté le mur avec une force de choc incroyable, et subit une rude épreuve. Nous devions désormais nous en remettre, j'ignorais de quel manière, mais il le fallait. Je tenais encore les yeux ouverts, j'ignorais par quel miracle mais j'y arrivais. Cet enfer avait décidé de prendre une pause. Je pouvais profiter de la présence d'un ange. C'était vraiment quelque chose de plus joyeux que toutes ces épreuves.

- Je suis tellement heureux de te revoir. J'ai vraiment eu peur cette fois-ci.

Ma voix était toujours faible mais mon discours était beaucoup plus clair qu'avant. J'étais heureux de revoir Caitlin, à un point inimaginable.

- Ta présence, toute ma personne me manquait. Être dans l'obscurité, sans toi auprès de moi, cela a été vraiment dur pour moi. J'ai vraiment eu peur de tout perdre. Je ne voulais pas te faire souffrir. Je m'en excuse.

Elle mettait sa main un peu partout sur ma tête pour voir où j'avais été touché. Je saignais beaucoup. Elle allait encore s'inquiéter. Mon apparence de calamité était donc inévitable. Comment pouvais-je faire pour lui faire plaisir, pour changer de mes habitudes constantes ? Comment pouvais-je éviter les dures épreuves pour une fois ? Donnez-moi une chance là-haut, donnez-moi une chance de lui faire plaisir, une chance de vivre dans un bonheur. Etait-ce trop demandé ?

- Mais je n'ai rien compris à tout ceci, cette personne qui était-ce ? Pourquoi était-il ici ? Etait-il venu seul ?

Je ne me souvenais pas avoir entendu quelque chose à propos de cela. Je m'étais peut-être écroulé au moment où elle en avait parlé. J'avais peut-être occulté cette phrase. Cela ne pouvait pas venir d'un défaut de mémoire, c'était impossible. Je ne le pensais pas car je ne le souhaitais pas du tout. Si elle l'avait évoqué, je ne m'en rappelais pas.

- J'ai vraiment peur. Cette intense frayeur me rend inquiet. C'est énorme de ressentir une chose pareille. J'ai vraiment peur pour ce qui m'arrive tout en m'inquiétant pour toi. Comment te sens-tu ?

Cette migraine était forte mais je n'avais pas la bouteille d'eau sous la main. Je devais la supporter. Je voulais savoir comment allait Caitlin. Je ne voulais pas la négliger en me préoccupant trop de ma peur profonde. Elle ne méritait pas d'être délaissée. Elle était un véritable ange à mes yeux.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Caitlin Evans

\*/ APPRENTI \*/

Messages : 1326
Age : 34

Passeport
Puissance:
40000/50000  (40000/50000)
Lieux de résidence:


MessageSujet: Re: La peinture de l'enfer occasionnel (PV avec Caitlin Evans) Sam 26 Juin - 21:10

Il arrivait à me dire finalement qu'il était heureux de me voir. Il a eu vraiment peur cette fois-ci. On avait peur tous les deux. J'ai cru que c'était fini, vraiment fini. Jamais, je n'avais ressenti une sensation pareille. Mais au moins, tout était terminé. Il était faible cependant. Il fallait qu'il se repose.

Caitlin : Le cauchemar est terminé. Il va falloir que l'on récupère des forces que ce soit pour toi comme pour moi. On le mérite.

Je le sentais heureux de me revoir. Il me le confirme. Ma présence lui manquait terriblement. Etre dans cette situation, dans l'obscurité en fait sans moi auprès de lui a été un véritable coup dur pour lui. Il a eu vraiment peur de tout perdre. A vrai dire, c'est la même chose. Il ne voulait pas me faire souffrir. Il s'en excuse même. Mais je devrais faire la même chose en fait.

Caitlin : C'est à moi de m'excuser. Je ne voulais pas te faire souffrir non plus et pourtant, je l'ai fait. Tu m'as manqué horriblement. J'ai eu peur de tout perdre à commencer par toi.

Je mettais ma main un peu partout afin de savoir où est-ce qu'il avait été touché. Il saignait beaucoup. Il fallait le soigner au plus vite. Je passerais après. J'étais inquiète. Cependant, il me demandait qui était l'homme qui était venu. Il me demandait pourquoi il était là et surtout est-ce qu'il était tout seul. Je devais répondre mais cela devait impliquer que je dénonce mon père. Je vais le faire.

Caitlin : Si j'ai mis du temps à venir, c'était à cause de mon père en fait. Il est pour ainsi dire apparu derrière moi. Il était blessé. Il était poursuivi par des hommes. Je l'ai soigné. En fait pour une fois, on avait eu une discussion qui n'opposait finalement pas nos convictions. Soudain, les hommes qui le poursuivaient sont venus. J'ai été expulsé contre le mur. Mon père est parti. Les hommes ont continué à le poursuivre. Il en restait un et c'est celui que tu as pu voir en entrant. Je ne sais pas du tout qui sont les hommes qui poursuivent mon père en réalité.

J'en avais évoqué une partie mais je savais quelque part qu'il aurait très bien pu ne pas m'entendre. Il me dit qu'il a eu vraiment très peur. Cette intense frayeur le rend inquiet d'ailleurs. Je le sens. C'est en effet énorme de ressentir ce genre de chose. C'est pareil pour moi. Il s'inquiétait même pour moi tout en ayant eu peur. Il me demande si ça va. C'est difficile à dire en fait. Mais je devais également le rassurer.

Caitlin : Ne t'inquiète pas maintenant tout est terminé. J'ai ressenti également la même chose. J'ai eu tellement peur pour toi. Je m'inquiétais aussi. Maintenant, tout est fini. Je suis encore sous le choc. J'ai vu ses hommes. Mon premier réflexe n'aurait cette fois-ci pas été d'accabler mon père mais plutôt de le sauver. Je suis perdue mais tu es là maintenant. Merci de m'avoir sauvé la vie.

Je sentais qu'il avait mal. Il fallait le soigner au plus vite. Je vais chercher sa bouteille d'eau tout d'abord le plus vite possible. Je lui ramène immédiatement. Je prenais le nécessaire et je commence à le soigner étape par étape bien sûr. Tyler était le plus important.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Tyler Laughlin

# WARRIOR #

Messages : 4004
Age : 25

Passeport
Puissance:
40000/50000  (40000/50000)
Lieux de résidence:


MessageSujet: Re: La peinture de l'enfer occasionnel (PV avec Caitlin Evans) Sam 26 Juin - 22:23

Cet enfer, cette peinture, cette occasion, tout dans ces moments de joie, que je vivais avec elle, partait littéralement en fumée. Chaque obstacle me faisait souffrir. Chaque malheur rendait ma tristesse vivante. Comment pouvais-je aimer ce genre de vie ? Tout ceci était impossible. Je buvais dans ma bouteille d'eau, afin de calmer mon mal de tête. J'avais besoin de cette tranquilité, mais pouvait-elle encore exister ? La véritable noblesse des sens de la vie s'était-elle déjà évanouïe au profit du malheur et la désolation, un châtiment trop fort pour l'être humain ? Pouvoir vivre ainsi ? Pourquoi souffrir ? Pourquoi mourir ? Pourquoi vivre si ce n'était que pour se diriger forcément dans l'optique de ces malheurs-là ? Je me posais tant de questions, des questions existencielles d'ordre philosophiques, mais je me les posais, au lieu de profiter de la douce âme angélique de Caitlin. Elle essayait de me soigner. J'avais des blessures beaucoup plus graves que les siennes. Mes hypothèses de tout à l'heure ne pouvaient plus tenir. Cette aggravation-là pouvait décider de tant de choses, allant de ma simple vie à la sombre mort. Cette large fourcette m'effrayait, mais je ne disais rien. Je laissais simplement Caitlin agir pour me soigner. Je ne faisais aucune objection, je ne disais rien du tout. Je ne montrais même pas un crispement de douleur. Je ne faisais rien du tout. J'étais comme une statue de pierre. Je ne ressentais pas les douleurs mais juste les rayures du temps, indolores et si magnifiques. Cela ajoutait une profondeur, malgré le fait que cela faisait mal dans l'émotion. Pourquoi pensais-je ainsi ? Pourquoi adoptais-je les pensées si sophistiquées qui ne pouvaient pas m'appartenir ? Que m'arrivait-il exactement ? Je ne comprenais rien, même mes pensées étaient inaccessibles. Caitlin était-elle au courant de cette interrogation ? Non, je ne pensais pas. Elle ressentait les douleurs non les hésitations. Il y avait peu de chances mais il y en avait tout de même. Je ne voulais pas qu'elle le sache. Je devais si...bizarrement fou. Je pensais à tout comme aux choses auxquelles je ne devrais même pas penser. C'était impossible mais pourtant vrai. J'atteignais l'échelon infranchissable. Je battais des records macabres. Comme en plus cette guérison devait prendre du temps, je ne cesserais de m'interroger sur ma manière de pensée, cette liberté compromise de l'âme. L'avais-je perdu ? Pouvais-je encore penser ? Pouvais-je encore avoir des souvenirs ? Je l'ignorais car je ne parlais pas. Je ne disais rien à cet ange. Je ne parlais pas à Caitlin alors qu'elle me soignait. Cela pouvait être pris comme une marque de courage comme une marque de terreur. La seconde solution était celle qui me convenait dans cette situation.

- Je te soignerais ensuite. Il n'y a pas de raison que tu sois délaissée au profit de moi.

Mes paroles étaient normales contrairement à mes pensées, qui ne l'étaient plus. Je sentais la fatigue de Caitlin. C'était cette raison-là qui avait motivé ma proposition, que j'effectuerais tout de même, malgré chaque objection. S'il y en avait une, je l'ignorerais. Je n'étais qu'un déterminé dans l'âme, trop proches des personnes pour les laisser partir. Cette partie-là de moi-même, je l'avais hérité de mon temps heureux avec Jillian. La généreuse, c'était elle. Elle m'avait transmis ce sens en restant avec moi. Elle m'avait transmis la joie jusqu'à son départ. Je pouvais espérer encore l'avoir grâce à Nathan et Caitlin. Je n'étais peut-être pas si perdu que j'en avais l'air.

- Je vais te soigner maintenant. Merci de l'avoir fait pour moi. C'est très gentil de ta part.

Le rôle du guérisseur contradictoire était désormais sur ma tête. Je commençais à la soigner, étape par étape, en faisant attention à tout réaction venant d'elle. Je ne voulais pas la faire souffrir. En agissant avec délicatesse, cette étape se termina quelques minutes plus tard. Elle me remercia à son tour.

- De rien, c'était normal que j'en fasse de même. Tout ceci n'aurait pas du arriver. J'aurais du faire quelque chose bien avant cela et ne pas demeurait dans le canapé comme tout à l'heure. Je voulais t'aider plus tôt mais les circonstances en ont décidé autrement. Cela me rend malade de penser à une chose pareille.

J'étais sincère. J'aurais voulu l'aider si les circonstances m'avaient laissé une chance. Malheureusement, il n'y en avait pas. Elle avait été blessée et je m'en sentais coupable, tout en ressentant cette migraine meurtrière, signe trop vague de mon état actuel. Je restais dans l'ignorance tout en m'hydratant à nouveau. J'étais mal et je savais qu'elle l'était également. Nous devions nous reposer. C'était l'essentiel désormais.

- Il vaut mieux se reposer. Je ne dis pas qu'il faut dormir mais nous devons retrouver la tranquilité dont nous avons besoin. Déjà sortir d'ici serait bien.

Avec appui sur elle, je sortais de la salle de bain. Enfin sorti je quittais son appui pour m'asseoir sur une chaise appuyant ma tête sur la table. Je ne voulais pas aller sur le canapé, même si j'en avais besoin, car j'avais l'intention de lui laisser. Elle avait également besoin de se reposer un peu. Elle avait déjà fait tant de choses pour moi. Je lui devais bien ça.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Caitlin Evans

\*/ APPRENTI \*/

Messages : 1326
Age : 34

Passeport
Puissance:
40000/50000  (40000/50000)
Lieux de résidence:


MessageSujet: Re: La peinture de l'enfer occasionnel (PV avec Caitlin Evans) Dim 27 Juin - 12:32

Il buvait dans sa bouteille d'eau. Il avait mal à la tête. Je le sentais. Il était en train de réfléchir mais je me demandais sur quels sujets exactement. J'essayais de le soigner. Les blessures étaient beaucoup plus graves que les miennes. Je le soignais. Je désinfectais tout d'abord la plaie. Il ne disait rien du tout. Il ne faisait aucune objection. Je sentais quand même qu'il souffrait un peu. Ce pouvoir me révèle absolument tout comme si j'étais constamment connectée avec les bonheurs et les souffrances de l'humanité. Ensuite, après avoir désinfecté la plaie, j'installais le bandage délicatemment afin de ne pas lui faire mal même s'il ne me disait rien depuis tout à l'heure. Il était toujours en train de s'interroger. Je ne sais pas sur quoi exactement mais cela devait être important. Il me disait qu'il allait me soigner. Il n'y avait pas de raison que je sois délaissée à son profit selon lui.

Caitlin : Je te soigne, c'est normal. Mais merci de penser à moi, c'est vraiment très gentil. Je te voyais en train de réfléchir, tout va bien ?

J'étais fatigué. Après ce que nous venons de vivre c'est quelque part normal. Tyler a du sentir ma fatigue. J'avais fini d'installer le bandage. Tyler me dit qu'il allait me soigner maintenant. Il me remercie de l'avoir fait pour lui. C'était gentil de ma part.

Caitlin : Merci Tyler.

Il me soignait à mon tour en passant par les mêmes étapes que moi tout à l'heure. Il faisait attention à mes réactions. C'est vrai que c'était douloureux. Mais il m'a soigné lui aussi. Cela s'est terminé quelques minutes plus tard.

Caitlin : Je te remercie beaucoup. C'est vraiment très gentil.

Pour lui, c'était quelque part normal de le faire. Il me dit que tout ceci n'aurait pas du arriver. Il pense qu'il aurait du faire quelque chose bien avant mais qu'il demeurait dans le canapé comme tout à l'heure. Il voulait m'aider mais les circonstances en ont décidé autrement. Cela le rend malade de penser à une chose pareille. Je peux comprendre mais ce n'est pas de sa faute. Je devais le rassurer.

Caitlin : Tu as fait ce qu'il fallait Tyler bien au contraire. Tu n'aurais pas pu intervenir avant, je ne pense pas. Qui sait ce qui aurait pu arriver si tu étais arrivé au moment où tous ses hommes étaient présents. Je m'en serais voulu s'il t'était arrivé quelque chose. Tu ne dois en aucun cas te sentir coupable. Ce que je vois c'est que tu m'as sauvé la vie et pour ça, je ne te remercierai jamais assez.

Je m'inquiétais pour lui, c'est normal quelque part. Je m'en voulais aussi pour ce qui lui était arrivé. Mais c'était mon héros. Il me dit qu'il vaut mieux se reposer. On a besoin de tranquilité, c'est vrai. On doit sortir d'ici. Je suis d'accord.

Caitlin : Tu as raison, on a besoin de tranquilité. On ferait mieux de sortir d'ici.

Il prenait appui sur moi. Ensemble, nous sortons de la salle de bain. Il part s'asseoir sur une chaise appuyant sa tête sur la table. Il voulait me laisser le canapé. Il voulait que je me repose sur le canapé.

Caitlin : Tes blessures sont plus graves que les miennes, tu dois prendre le canapé.

Je ne sais pas ce qu'il va me répondre sur ce sujet-là. Je me posais des questions. En tout cas, il est vraiment très gentil. C'est un héros.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Tyler Laughlin

# WARRIOR #

Messages : 4004
Age : 25

Passeport
Puissance:
40000/50000  (40000/50000)
Lieux de résidence:


MessageSujet: Re: La peinture de l'enfer occasionnel (PV avec Caitlin Evans) Dim 27 Juin - 18:07

Tout cet enfer perturbait mes pensées jusqu'au plus profond de moi-même. J'étais en proie à une dualité plus que flagrante, pouvant même aller jusqu'à me changer littéralement. Je devais me reprendre, me résonner moi-même. Je devais me calmer, arrêter l'intégralité de mes interrogations. Cela pouvait littéralement me détruire, me faire partir en fumée au sens propre. Je n'avais pas vraiment envie de vivre ce genre de calvaire, mais c'était pourtant mon sort actuel. Caitlin me conseillait de prendre le canapé, alors que je souhaitais lui laisser, afin qu'elle puisse se reposer. Cette peinture devait apprendre à connaître le châtiment de la définition même de l'oubli, ce châtiment que j'avais déjà appris à connaître depuis longtemps. Devais-je accepter sa proposition ? Je pensais bien que je le devrais. Ma survie en dépendait peut-être bien qui sait ? Bon, c'était à contre coeur, mais j'allais accepter sa proposition. L'inquiéter était exactement la chose, que je ne souhaitais pas du tout. Je ne voulais que son bonheur. Dans cette optique, j'allais me résigner à accepter, pour elle et non pour moi.

- D'accord, si tu insistes. Je vais prendre le canapé. Mais toi, où vas-tu te reposer ?

Je prenais encore une fois appui sur tout et n'importe quoi, pour me diriger vers le canapé. J'étais mal, mais dans le fond, je croyais que je l'avais mérité. Je ne savais pas pourquoi, mais je pensais que c'était le cas. Ma pensée profonde m'envoyait cette image répondant à ma question, une image maudite, que je détestais. Je m'allongeais enfin, baigné dans la noirceur de mes pensées. Je ne comprenais même plus ce que j'étais. J'avais atteint un point vraiment impossible, celui que je ne pouvais même pas imaginer. Cailtin me voyait en pleine réflexion. Je ne savais pas, si elle connaissait le fondement de cette réflexion, mais je ne pouvais pas le découvrir pour le moment. Je devrais peut-être la rassurer mais comment faire quand je ne comprenais même pas ce que je faisais ? Comment pouvais-je lui expliquer la raison de mon désarroi ? Je ne pouvais pas. C'était impossible. Cela me bloquait comme personne ne le pouvait. C'était si puissant et si effrayant à la fois. C'était la notion d'inconnu, que je redoutais sans cesse, une notion qui me dépassait sur tous les points. Je resterais sans doute bloqué sur cette hésitation, bloqué sur les cendres de mon âme, hésitant entre deux extrémités meurtrières et joyeuses. Je ne trouvais aucune solution pour me délivrer de ce maléfice. Je ne savais même pas s'il en existait une. Comment pouvais-je le découvrir ? En philosophant sur mon être ? En devenant pire que ma propre personnalité actuelle ? J'évoquais encore ces exrémités que je refusais, mais pourquoi ? Etait-ce ma destinée que d'en arriver là ? Pourquoi moi ? Que suis-je ?

- Caitlin, je ne cesse de m'interroger sur des questions, qui n'ont aucun sens dans mon existence. Je ne comprend pas pourquoi j'en arrive là maintenant. Je voudrais comprendre mais j'ignore comment. Je voudrais arrêter de me torturer l'esprit, afin de penser à la pure tranquilité dont j'ai vraiment besoin. Pourquoi ne puis-je pas être dans le calme absolu ? Pourquoi le calme absolu ne veut-il pas de moi ? Je ne comprend plus rien. Ca recommence. Je me torture tout seul avec ces souffrances interrogatoires. J'ai vraiment besoin d'aide.

J'étais sincère dans mes propos. Je voulais arrêter de me poser tant de questions. Je voulais simplement être tranquille pour pouvoir me reposer, penser à ma guérison. Je souhaitais encore vivre et non mourir. J'avais besoin d'un signe, d'une grande chance venant du destin.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Caitlin Evans

\*/ APPRENTI \*/

Messages : 1326
Age : 34

Passeport
Puissance:
40000/50000  (40000/50000)
Lieux de résidence:


MessageSujet: Re: La peinture de l'enfer occasionnel (PV avec Caitlin Evans) Lun 28 Juin - 11:47

Il n'arrête pas de se poser des questions. Il s'interroge et je le sens. J'aimerais bien savoir ce que c'est. Mais il vaut mieux pour l'instant se reposer. On en a besoin lui comme moi d'ailleurs. J'attendais sa réponse en ce qui concerne le canapé. Il valait mieux que ce soit lui qui prenne le canapé. Il a eu des blessures plus graves que les miennes. Finalement, je sentais qu'il avait décidé mais il le fait à contre coeur. Je pensais simplement à sa santé bien entendu au détriment de la mienne. Il me dit finalement qu'il est d'accord si j'insiste bien sûr. Il va prendre le canapé mais il reste la question d'où est-ce que je vais me reposer finalement. Il fallait que je trouve quelque chose de particulier. Il y avait le lit bien entendu. Je voyais éventuellement qu'il y avait un fauteuil. Je pense que ce serait plus judicieux si je prenais le fauteuil. Au moins, je resterais auprès de lui.

Caitlin : Merci de prendre le canapé. Tu as été plus gravement touché que moi. Il est normal que tu l'es. Pour moi, je vais prendre le fauteuil.

Il prenait encore une fois appui sur tout et n'importe quoi, pour se diriger vers le canapé. Je sentais qu'il était mal. Je m'inquiète bien sûr pour lui. Il était en train de se poser des questions. Je le voyais en train de réfléchir. Je sentais même qu'il s'interrogeait. Finalement, il m'avoue qu'il ne cesse de s'interroger sur certaines questions qui n'ont aucun sens dans son existence. Il ne comprend pas pourquoi il en est arrivé là.
Il aimerait comprendre mais il faudrait savoir comment. Il voudrait arrêter de se torturer l'esprit afin de pouvoir être tranquille. Il se demande pourquoi il ne pourrait pas être dans le calme absolu, pourquoi celle-ci ne veut pas de lui. Il est perdu. Je le sens. Il ne doit pas se torturer ainsi. Je vais l'aider.


Caitlin : Non, tu ne dois en aucun cas te torturer ainsi. Tu n'es plus seul. Tu as maintenant des amis qui t'aiment. Je suis là. Et Nathan aussi même si je ne le connais pas encore. Je reste auprès de toi. Je ne serais pas loin. Nous affronterons ensemble tous les obstacles, crois-moi.

Il ne devait en aucun cas se torturer l'esprit ainsi. J'espère l'avoir rassuré, c'est tout ce que je souhaite le plus au monde.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Tyler Laughlin

# WARRIOR #

Messages : 4004
Age : 25

Passeport
Puissance:
40000/50000  (40000/50000)
Lieux de résidence:


MessageSujet: Re: La peinture de l'enfer occasionnel (PV avec Caitlin Evans) Lun 28 Juin - 14:39

Même si Caitlin tentait de me rassurer avec ses paroles, je demeurais toujours un personnage torturé. Je ne pouvais pas m'en empêcher, c'était plus fort que moi. Caitlin voyait cette torture, je devinais ça dans ses yeux. La pincée de torture se voyait également sur moi. Mes yeux étaient si humides. On ne pouvait pas assimiler cette humidité à de la tristesse car je n'avais pas envie de pleurer, bien au contraire. J'étais juste effrayé et torturé par une bataille intérieure, que se livraient ma conscience et les parasites de mon âme, ces pensées compliquées, que l'on pouvait assimiler davantage à l'enfer, chose même que je souhaitais éviter. J'étais rempli de contradictions, je ne pouvais pas le nier. Nier une choses aussi vraie relèverait du déni, or ce n'était pas le cas. Je ne pouvais pas refuser une chose, qui faisait partie de ma personne. C'était impossible, même si cela me faisait davantage souffrir que la pire des tortures existantes. Je détestais tout ceci, c'était horrible de penser une chose pareille.

Caitlin était là, je devrais lui parler de ce que je ressens, mais non, je ne pouvais pas car j'étais trop lache et effrayé pour ne serait-ce que d'y penser. Mais pourquoi étais-je ainsi ? Pourquoi ? Je devrais être heureux, dire quelque chose de chouette, mais non, j'étais torturé dans la notion simple de torture, alors que je devrais au contraire, être soulagé de penser à un espoir de bonheur. Pouvais-je me débarasser de mes contradictions pour une fois ? Non, je ne pouvais pas encore, même si je le souhaitais de tout mon coeur. J'étais allongé sur le canapé, Caitlin me regardait depuis le fauteuil. Elle me surveillait afin de savoir si j'allais bien. Je n'allais pas lui révéler mon malaise. Je ne voulais pas la faire souffrir de nouveau. Je refusais de lui faire vivre un nouvel enfer. Elle n'avait pas besoin de cela venant de moi. Je voulais la rendre heureuse et non triste. Pouvais-je au moins lui faire ce cadeau ?

Sans rien dire, pour éviter de sortir une phrase d'une hauteur douloureuse inacceptable, j'appuyais ma tête sur le bord du canapé. J'avais chaud mais à une hauteur assez étrange. Je devais fermer les yeux, je devais dormir mais pouvais-je y arriver ? Je l'ignorais. La véritable hauteur de mes forces était inconnue, tellement incompréhensible pour une âme telle que la mienne. Je devais fermer les yeux, je devais dormir. Il fallait que je me concentre, ce n'était qu'en me concentrant que je pourrais y arriver. C'était le seul moyen. Je fermais enfin mes yeux, en étant toujours ouvert sur l'environnement extérieur. Je pouvais encore entendre tout. Le sommeil n'était pas encore là alors que je souhaitais tellement le voir. Je priais pour qu'il vienne. J'avais besoin de dormir. C'était vital.

Enfin, enfin, le sommeil venait. J'étais isolé dans ma bulle. Je pouvais me reposer, dormir, rêver, mourir, non, je ne devais pas y penser. Mourir était la chose que je ne souhaitais pas, mais qui demeurait quand même dans mes pensées. C'était incroyable de vivre une chose pareille en pensant à la fin de la vie, de toutes les vies même. C'était incompréhensible de vivre dans la perspective même de la fin. Ce n'était pas logique. Je pensais à la fin de tout espoir alors que je souhaitais cet espoir. Mais pouvais faisais-je ceci ? Pourquoi me tortuais-je seul ? Pourquoi ? Je ne le savais pas et j'allais probablement jamais pouvoir le découvrir.

*mais dors, dors, mais enfin dors Tyler.*

Je devais à tout prix vider mes pensées si je songeais à dormir. Mais comment faire quand ces pensées demeuraient toujours dans notre esprit malgré tout ? Je devais à tout prix trouver une réponse, sinon je vivrais un nouveau cauchemar.

Quelques minutes plus tard, l'issue, que je ne souhaitais pas, se produisit tout de même. Je me réveillais en sursaut. Je respirais très fort tout en étant en sueur. J'étais dans un état de frayeur intégrale.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Caitlin Evans

\*/ APPRENTI \*/

Messages : 1326
Age : 34

Passeport
Puissance:
40000/50000  (40000/50000)
Lieux de résidence:


MessageSujet: Re: La peinture de l'enfer occasionnel (PV avec Caitlin Evans) Lun 28 Juin - 17:38

Il était torturé. Je le ressentais. Il me regardait et devait savoir que je m'inquiétais pour lui. Il ne devait pas être dans cet état. Il méritait d'être heureux. C'est quelqu'un d'exceptionnel. Il souffrait. Je voyais que ses yeux étaient humides. Il avait peur. Il était vraiment effrayé. Je ressentais cette peur au plus profond de moi. Il se battait avec toutes ses questions, interrogations. Je devais garder le contrôle. Il le faut. Il me refardait mais il ne me disait rien. Je préférais attendre un petit peu afin de lui laisser le temps de me dire ce qui lui arrivait. Mon but n'était en aucun cas de le presser. Ce n'est pas mon intention. Il était allongé sur le canapé. Je m'étais installé de mon côté sur le fauteuil tranquillement. Je ne voulais surtout pas l'inquiéter. Je le regardais afin de savoir si tout allait bien. Je sais très bien qu'il est torturé, qu'il a peur mais il ne me dit rien. Il appuye sa tête sur le bord du canapé. Je ne saurais en aucun cas ce qui se passe réellement. Je devais le laisser se reposer, c'était la meilleure chose à faire. Je n'entendais plus rien. Il a du s'endormir. Je devrais en faire autant. Mais est-ce que je vais pouvoir y arriver finalement ? Je me préoccupe de sa santé plutôt que de la mienne. Je me rappelle de mon père à l'époque qui disait que le monde avait besoin de personnes capables de les aider. Il dormait visiblement. C'était une bonne chose. Cependant, je sentais toujours cette torture, ces multiples questions. Je pouvais être tranquille. Mais quelques minutes plus tard, je voyais Tyler se réveiller en sursaut. Il était en sueur. Il avait peur. Il fallait que je l'aide. Je me précipite vers lui afin de savoir ce qui s'est passé.

Caitlin : Tyler ? Est-ce que tout va bien ? Dis-moi ce qui s'est passé ?

J'étais inquiète et là cette fois-ci, je ne pouvais plus attendre. Il en allait de la santé de Tyler. Je ne pourrais pas supporter de le perdre. Je ne voulais pas qu'il lui arrive quelque chose. Ma santé passait après lui. Certes, je ne m'étais pas reposée mais je pourrais le faire que lorsque Tyler ira bien. C'est mon souhait le plus cher. Je réussirais à remettre Tyler sur pied. Je devais le rassurer.

Caitlin : Je suis là Tyler. Je suis auprès de toi. Tu n'es pas seul. Tu peux tout me dire. Je t'aiderais, crois-moi.

J'espère l'avoir rassuré. C'est ce que je voulais le plus au monde.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Tyler Laughlin

# WARRIOR #

Messages : 4004
Age : 25

Passeport
Puissance:
40000/50000  (40000/50000)
Lieux de résidence:


MessageSujet: Re: La peinture de l'enfer occasionnel (PV avec Caitlin Evans) Lun 28 Juin - 21:25

En sueur, complètement paniqué, j'étais vraiment mal, dans un état qui dépassait même mon imagination. Ce cauchemar avait détruit mes forces et surtout mon état émotionnel. J'étais pétrifié et triste, dans un état de légume, auquel on ôtait l'essentiel de sa fraicheur et de son intérêt. C'était horrible de penser à ça mais j'y pensais. Mon âme avait été perturbé par ce que j'avais vu. Je n'avais pas été dans cet état depuis si longtemps. J'avais vraiment cru être dans la réalité, c'était si vrai, si possible. Je ne comprenais pas pourquoi autant de réalité était possible dans le monde des songes. Cette peinture avait donc encore une fois agi. Elle avait réussi à me détruire, à tuer cette tranquilité naissante. Caitlin était auprès de moi. Elle voulait comprendre ce qui s'était passé. Elle n'avait pas pu se reposer. J'avais encore agi dans le sens contraire de ma volonté pour changer. J'étais dans ces bras, en pleine détresse. J'avais rarement connu un état aussi intense, surtout quand ceci découlait d'un cauchemar. Je pleurais même. J'avais vu la véritable horreur de mes songes. Je ne pensais pas que je pouvais contenir tout ce malheur dans mon simple subconscient. Maintenant, je me retrouvais dans une nouvelle position de victime. Ce nouveau classement me faisait particulièrement peur. Je ne savais pas comment lui expliquer le cauchemar que j'avais fait. Je voudrais tellement mais je ne savais pas comment m'exprimer. Je ne savais pas, si lui dire ce genre de choses, pouvait la rassurer sur mon état, ou au contraire l'inquiéter davantage. J'étais dans l'ignorance de la véritable réponse. Cela me bloquait un peu au fond de moi. Je l'inquiétais de plus en plus en restant cadré dans cette position. Je devais me reprendre afin de retrouver le calme. J'avais vraiment besoin de retrouver la tranquilité d'esprit. Cela pouvait éventuellement m'aider à me calmer et à retrouver un semblant de santé. Je pourrais peut-être ne plus rester fixé sur ce cauchemar, et vivre à nouveau ma vie comme je l'entendais. Je devais le faire.

A force de ne rien dire, alors que je voulais le faire, toutes ces images, liées directement à mon cauchemar, commençaient à revenir. Tout ce qui avait forgé mon cauchemar était là, sous mes yeux, comme une hallucination meurtrière, destinée à mettre fin au fruit même de mon existence. Je redevenais torturé, mon dieu, je ne voulais pas, je ne le souhaitais absolument pas. Je repensais à toutes ces histoires, ces obstacles, ce cauchemar. Tout ceci alimentait son horreur. C'était impensable. Je ne pouvais croire que je le faisais. Malheureusement, c'était le cas, la pure réalité de mon malheur. Je reformais toute la trame de l'histoire de mon cauchemar. Cette scène se redessinait, dans les moindre détails. J'étais en train de vivre cette frayeur intense de mon sommeil. Je ne cessais d'y penser. Je revivais cette horreur, cette frayeur. C'était impossible mais pourtant vrai. Je pleurais, des larmes de crocodile. Je devais perdre la tête, devenir fou au sens propre, devenir autre chose qu'un être humain, devenir un monstre incompréhensible, mais je ne savais pas quoi répondre, je ne comprenais pas ce qui m'arrivait. Comment comprendre ce qui m'arrivait quand ce qui m'arrivait ne faisait même plus parti de la normalité même ? Comment connaître la signification d'une chose, qui n'en avait visiblement pas du tout ? Même ma question intérieure n'avait pas de sens. Heureusement que Caitlin ne percevait pas mes pensées. Je ne voudrais pas qu'elle s'en veuille alors qu'il n'y avait en aucun cas besoin qu'elle se sente coupable. C'était mon amie. Elle m'aidait dans ces moments difficiles comme celui-ci alors que je la faisais souffrir. Je l'aimais vraiment. Elle était l'ange qui veillait sur les cendres d'un pyromane. Elle était essentielle tout comme Nathan. Je ne pouvais pas me passer de sa présence. Ce serait comme s'il me manquait quelque chose, un brin de vie que l'on m'avait ôté. Oui, je considérais Caitlin comme un brin de ma vie, car elle avait réussi à ranimer des sentiments, qui sommeillaient en moi, des sentiments tellement beaux. Je pouvais songer au bonheur rien qu'avec sa présence. Elle avait su compléter ce que Nathan avait déjà pu faire pour moi. Elle m'avait également fait le don d'un cadeau inestimable. Je ne pouvais pas oublier une chose pareille. C'était si magnifique et important pour moi.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Caitlin Evans

\*/ APPRENTI \*/

Messages : 1326
Age : 34

Passeport
Puissance:
40000/50000  (40000/50000)
Lieux de résidence:


MessageSujet: Re: La peinture de l'enfer occasionnel (PV avec Caitlin Evans) Mar 29 Juin - 21:46

Il était en sueur et paniqué. Je le ressentais au plus profond de moi. Il était complètement effrayé. C'était vraiment dur à supporter mais je devais le faire pour lui. Je devais garder le contrôle. Il se posait même des questions. Toutes les émotions qu'il ressentait se mélangeaient dans ma tête. J'attendais quelque part sa réponse afin de savoir ce qui s'est passé. Mais cette réponse ne venait pas. Il venait vers moi dans mes bras. Je devais le rassurer, lui montrer que j'étais là pour lui. Il se met à pleurer. Je ne sais pas si je pourrais supporter longtemps toutes les émotions que je peux ressentir. Je m'inquiétais. C'était normal. C'est mon ami. C'est quelqu'un en qui je peux avoir totalement confiance. Il ne me dit rien. Je me pose beaucoup de questions.

Caitlin : Je suis là Tyler, je suis présente auprès de toi. Tu peux tout me dire, crois-moi. Tout ce que je souhaite c'est que tu ailles bien.

Cette sensation était encore plus intense que les autres. J'avais l'impression de perdre l'esprit. Jamais, je n'avais ressenti cela auparavant. C'est vraiment déroutant. Pourquoi est-il comme ça ? Je voudrais tellement comprendre. Dieu, s'il vous plait, aidez-le. Je ne veux pas le perdre, je vous en prie. Je devais essayer une nouvelle fois de savoir ce qui se passait. Il ne me disait absolument rien. Je commence à avoir de plus en plus peur.

Caitlin : Tyler, s'il te plait dis-moi quelque chose, je t'en prie ! Je voudrais tellement t'aider.

Je pleurais, je ne pouvais plus retenir toutes ses émotions, ce n'était pas possible. Je me sentais coupable de ce qui lui arrive. Il m'a sauvé des griffes des hommes qui voulaient capturer voire même tuer mon père. C'est mon enfer qu'il est en train de subir. Je ne voulais pas qu'il soit une des victimes de mon combat que je mène depuis maintenant trop longtemps. Ce combat peut me mener à ma perte mais je ne souhaite en aucun cas que d'autres personnes payent à ma place. Ce n'était vraiment pas juste pour lui. Il mérite réellement mieux. Il mérite de connaître le bonheur et de pouvoir jouer Hamlet sur scène. Il ne doit pas être dans cet état.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Tyler Laughlin

# WARRIOR #

Messages : 4004
Age : 25

Passeport
Puissance:
40000/50000  (40000/50000)
Lieux de résidence:


MessageSujet: Re: La peinture de l'enfer occasionnel (PV avec Caitlin Evans) Mer 30 Juin - 14:00

Toutes ces images, ces horreurs, l'intégralité de ce que je ressentais, me faisait revenir dans une tristesse énorme, largement plus incroyable que tout le reste. Ce cauchemar me mettait dans un état inimaginable. Cela dépassait toute la notion de malheur, qui définissait pour moi le pire. Je demeurais silencieux, dans les bras de celle, qui ne cherchait qu'à m'aider, cet ange littéralement tombé du ciel pour me sauver. Caitlin ne voulait que comprendre, mais je ne lui disais rien, trop affaibli physiquement par un cauchemar tellement horrible. Je devais parler pourtant, dire à quel point j'étais perturbé, mais rien ne sortait. Aucune information essentielle sur ce que j'avais vécu, n'était sortie de ma bouche. Mon blocage agissait encore sur mes sens, et me rendait si impuissant face à tout ce qui se passait. Je ne pouvais rien faire. Je n'étais ni spécial, ni important. Je n'étais qu'une miette dans un monde si complet. J'étais torturé, coupé en morceaux, je n'avais jamais été entier dans ma vie. Pourquoi ? Peut-être parce que je ne le méritais pas. Je n'étais pas assez bon encore pour mériter d'être heureux, mais alors pour quelle raison Caitlin était là ? Pourquoi un ange me tendait-il sa main pour que je puisse avoir une chance d'être heureux ? Mais pourquoi étais-je en totale contradiction avec moi-même ?

Je devais lui dire ce que j'avais vécu. Je devais tout lui raconter. Avais-je encore la véritable capacité de parole ? Je l'ignorais. Je devais essayer de parler, de sortir au moins un mot de ma bouche, mais c'était beaucoup trop dur. C'était si difficile de parler, mais pourquoi ? Ce n'était qu'une capacité humaine, quelque chose d'accessible à tout le monde, mais pourquoi n'y arrivais-je donc pas ? Pourquoi ne pouvais-je pas parler ? Pourquoi étais-je si impuissant ? Pourquoi n'étais-je donc pas un humain comme les autres ? Je voulais comprendre, je voulais savoir, mais je ne savais pas, j'étais incapable de comprendre ce qui se passait dans ma tête, alors que je devais à tout prix savoir. Pourquoi tout se retournait contre moi ? Je l'ignorais et je ne le saurais probablement jamais.

- C'était un cauchemar, un grand cauchemar. Je revivais une horreur sous mes yeux. C'était horrible comme sensation. Je revois même encore cette scène alors que je suis réveillé. Est-ce normal ? Suis-je en train de perdre la tête au sens littéral ? J'aimerais vraiment comprendre ce qui m'arrive. Je suis complètement perdu dans toute cette horreur. Mon âme en est encore perturbée.

Pourquoi agissais-je de cette manière ? Ce n'était qu'un cauchemar. Ce n'était rien d'autre que le fruit de mon subconscient. Que ceci me fasse peur, m'effraie jusqu'à la profondeur de mon sang chaud, je pouvais le concevoir, mais là, je perdais littéralement l'esprit. J'agissais dans une direction complètement opposée et si effrayante. Je ne comprenais pas vraiment ce qui m'arrivait. Je me demandais même si c'était encore possible. Demeurais-je encore dans la normalité ? Avais-je dépassé le stade de la limite entre le réel et le paranormal ? Je ne savais pas comment répondre à ses questions, j'ignorais même si je le pouvais vraiment. Je voulais simplement vivre dans la lumière mais les ténèbres me rattrapaient. J'étais en proie à un combat sans merci, opposant la partie saine de mon âme et le véritable démon que mes flammes étaient censées faire naître. J'avais choisi la contradiction alors pourquoi le contraire de ce choix impossible ne cessait de revenir ? J'avais mal, tellement mal.

- Ce n'est pas la première fois, que je fais ce cauchemar. Mais, je ne l'avais pas fait depuis tellement longtemps. Je ne sais pas pourquoi il me hante à nouveau aujourd'hui.

Cette question indirecte, que je venais d'évoquer, était la question dominante de mon esprit. Comprendre la raison de l'arrivée de ce cauchemar, était peut-être la preuve d'espoir dont j'avais besoin. Je devais élucider le trou de la résolution de cette question, afin de mettre fin au combat intérieur de mon esprit, qui n'avait strictement aucun sens véritable. Il était juste là, sans raison apparente, histoire de secouer l'intensité historique de mon existence.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Caitlin Evans

\*/ APPRENTI \*/

Messages : 1326
Age : 34

Passeport
Puissance:
40000/50000  (40000/50000)
Lieux de résidence:


MessageSujet: Re: La peinture de l'enfer occasionnel (PV avec Caitlin Evans) Mer 30 Juin - 19:43

Il était vraiment triste, paniqué. Je ressentais toutes les émotions de Tyler. Je voulais tellement comprendre ce qui a bien pu lui arriver. Je voudrais l'aider, c'est la seule chose que je souhaite d'ailleurs. Il était réellement torturé. Comment faire pour l'aider ? Il ne mérite pas tant de souffrances. C'est moi qui devrait continuer de souffrir et non lui. C'est moi qui vit un enfer depuis que j'ai ce pouvoir. Il ne mérite pas de vivre un cauchemar. C'est un homme bon. Je voyais qu'il avait du mal à parler. Je ne devais pas insister et attendre un signe de sa part. Il se posait beaucoup de questions. Je n'aimais pas le voir dans cet état. C'était dur pour moi. Finalement, il me dit quelque chose. Il m'explique que c'était un cauchemar, un grand cauchemar. Il me dit qu'il revivait une horreur sous ses yeux. C'était horrible comme sensation et je le comprends. Je ressentais absolument tout que ce soit de sa panique à sa tristesse. Il revoit cette scène encore alors qu'il est réveillé. Il se demande si c'est normal, s'il ne perd pas la tête. Il aimerait comprendre. Je le voudrais également. Il se sent complètement perdu dans toute cette horreur. Selon lui, son âme serait perturbée. Je devais absolument le rassurer et lui montrer qu'il n'est pas seul.

Caitlin : Tu n'es pas en train de perdre la tête. Ce n'est qu'un cauchemar. Tu n'es pas seul dans cette épreuve. Je suis là pour te soutenir et t'aider. Je serais toujours là pour toi. Peut-être que pour te libérer de ce cauchemar, il faudrait le raconter. En tout cas, c'est ce qu'on m'a toujours dit.

Il se pose toujours les mêmes questions. Je commençais même à me demander si tout ceci n'était pas de ma faute. Il est traumatisé, hanté. J'espère avoir proposé la meilleure solution par rapport à ce qui se passe. Je ne voulais pas qu'il lui arrive quelque chose. Je ne me le pardonnerais jamais si en plus c'était de ma faute. Il me dit que ce n'est pas la première fois qu'il faisait ce cauchemar. Je ne le savais pas. J'espère que mon conseil pourrait être la solution. Il mérite d'être heureux. Il ne l'avait pas fait depuis tellement longtemps. Quel était donc ce cauchemar ? Il ne sait pas pourquoi il le hante à nouveau aujourd'hui. Peut-être que certains évènements aujourd'hui correspondent à des évènements qui ont déjà eu lieu.

Caitlin : Je serais là pour t'aider à comprendre pourquoi tu refais ce cauchemar. Je pense que tu le fais parce que les évènements d'aujourd'hui ont peut-être des similitudes avec des évènements qui se sont déjà produits. C'est une possibilité. Je ne sais pas si c'est vrai. Tu me dis si je me trompe. Tu n'es plus seul. Jamais je ne te laisserais. Tu es mon ami.

Il était mon ami, la personne que j'avais besoin le plus au monde maintenant. Je remercie énormément cette ville pour le cadeau qu'elle m'a faite. Tyler ne pense pas l'être mais moi, je crois en lui. C'est un ange. C'est mon ange gardien.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Tyler Laughlin

# WARRIOR #

Messages : 4004
Age : 25

Passeport
Puissance:
40000/50000  (40000/50000)
Lieux de résidence:


MessageSujet: Re: La peinture de l'enfer occasionnel (PV avec Caitlin Evans) Jeu 1 Juil - 12:45

Les événements d'aujourd'hui faisaient un lien direct avec le passé, un lien tellement indélébile, que ma lucidité en était même affectée. Cela me rappelait ce jour, il y avait très longtemps, où j'aurais du comprendre le futur. J'aurais du faire le lien avec une nouvelle arrivée de malheur, mais ceci m'avait coûté quelque chose d'essentielle, le bonheur avec Jillian. Elle m'avait été otée quelques semaines plus tard, dans le même scénario habituel. Je me souvenais de cette attaque si intense, si meurtrière, si horrible. Tout ceci m'avait conduit à l'hôpital, encore une fois. C'était le début de la fin. J'aimais cette période de bonheur, mais mon admission à l'hôpital avait été le début de la fin de tout ce rêve. J'avais trouvé Jillian morte au moment où je pouvais enfin rentrer. Je n'avais rien pu faire alors que j'aurais pu être utile. J'étais le seul coupable de mon impuissance passagère. Si j'avais été là, avec elle, en pleine forme, j'aurais pu la sauver. J'aurais pu encore profiter de sa lumière. J'étais le seul responsable de son départ. Mon absence était la seule coupable de tout ce qui m'était arrivé. Toutes ces sensations revenaient, les unes après les autres. J'étais submergé par tout ceci. Le niveau était si intense, qu'une larme tombait. Caitlin l'avait vue. Elle devait se demander ce qui m'arrivait. Je devais lui expliquer, mais cela me rendrait obligé de tout raconter. J'allais devoir raconter tout le spectre de ma culpabilité. Je devais trouver la force de tout dire. Il le fallait pour exorciser mes peines. Je devais vraiment le faire pour survivre et retrouver l'espoir d'être heureux. C'était important pour mon âme et pour les personnes, que j'aimais de tout mon coeur, à savoir mes vrais amis.

- Non, tu n'as pas tort au contraire. Je dois faire le lien avec un événement particulier de mon passé. J'ai subi quelque chose de très similaire. Cela s'était passé quand Jillian était encore là.

Rien que le fait d'évoquer son nom, ramenait une pincée de tristesse et de culpabilité. Je n'avais pas encore dit ce qui s'était passé, que je me sentais déjà coupable. Je ne savais pas si j'aurais la force de tout révéler. Cette histoire avait marqué le début de mon traumatisme. C'était le debut de ma solitude, le début de mon changement. J'avais changé à cause de cela, enfin la majeure partie. La fin du changement avait été sa mort. Cette histoire demeurait toujours dans mon esprit, car elle avait laissé une marque indélébile dans mon âme et ma conscience. La contradiction, les migraines, tout était né de ce moment, l'attaque et ensuite sa mort. Je ne faisais qu'y penser, c'était incroyable de penser à une si grande peine, mais j'y pensais, sans cesse, à chaque moment de ma vie. Ce cauchemar me rappelait tout ceci, car il forgeait le reflet exact de ce qui s'était passé. Cela montrait les éléments de ces événements, au milimètre près. Je voyais l'horreur dans l'état exact de sa violence.

- Tous les éléments de cette journée forgent le reflet exact de mes souvenirs. C'était exactement pareil, dans les moindres détails. J'ai du mal à raconter tout ceci excuse-moi. Je devrais le faire pour me libérer, pour exorciser mes peines, mais j'ai beaucoup de mal.

Je n'osais pas me lancer. J'étais encore bloqué. Tout ceci était un rempart très puissant contre le bonheur. Je voulais ce bonheur, mais je m'en protégeais sans m'en rendre compte. Mais pourquoi étais-je si contradictoire ?

- Ca c'était passé de la même manière. Des personnes avaient surgi de nulle part, sauf qu'elles venaient pour moi et moi seul. Le coup sur la tête, c'était moi qui me l'était pris. Jillian m'avait sauvé ce jour-là. J'ai du être admis à l'hôpital durant plusieurs jours. J'avais des séquelles assez intenses, qui avaient fait naître mes migraines inexpliquées, celles qui partent avec une gorgée d'eau. C'était en rentrant que je l'avais trouvée, elle était étendue sur le sol, elle était...elle était....

J'avais tout raconté dans une absence de détail si intense. A la fin de mon discours, je recommençais à pleurer encore plus fort. Je me remettais chaque élément dans ma tête. Je la revoyais morte. Mon traumatisme renaissait à nouveau. Caitlin me prenait dans ses bras. Mes larmes ne cessaient pas de tomber. J'étais pour le moment inconsolable, mais j'avais tout raconté. L'exorcisme de ma peine pouvait enfin commencer.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Caitlin Evans

\*/ APPRENTI \*/

Messages : 1326
Age : 34

Passeport
Puissance:
40000/50000  (40000/50000)
Lieux de résidence:


MessageSujet: Re: La peinture de l'enfer occasionnel (PV avec Caitlin Evans) Ven 2 Juil - 11:48

Il était triste. Je le ressentais au plus profond de moi. Il était pensif. Il commence même à pleurer. J'ai vu une petite larme. Je me demande vraiment ce qui se passe. Finalement, il me dit que j'ai raison. Il ajoute qu'il doit faire lien avec un évènement particulier de son passé. Il a subi quelque chose de très similaire. Cela se serait passé lorsque Jillian était encore là. Je sentais qu'évoquer ce nom devait être difficile. Je sentais qu'il était encore plus triste et surtout, je pouvais ressentir de la culpabilité. Pourquoi je ressens cela ? Non, il n'a rien pu faire de mal. Je sais que c'est quelqu'un de bien. Je devais être auprès de lui.

Caitlin : Je suis là auprès de toi. Jamais, je ne te laisserais tomber. Tu es ce que j'ai de plus cher. Tu peux tout me dire.

J'espère qu'avec ses mots, j'ai pu le rassurer. Je n'aime pas le voir dans cet état. Il pensait à tellement de choses. Je voudrais tout simplement qu'il puisse vivre heureux. C'est quelqu'un qui le mérite. Il me raconte que tous les éléments de cette journée forgent le reflet exact de ses souvenirs. Il me dit que c'était exactement pareil dans les moindres détails. Je sens qu'il a du mal à tout me raconter. Il me le confirme et s'excuse. Il pense qu'il devrait tout raconter afin de se libérer comme je lui avais conseillé mais c'était dur. Je suis en train de réfléchir. Tyler aurait vécu la même chose dans les moindres détails. Non, Papa, j'espère que tu n'étais pas au courant car sinon, je penserais que tout ça était un moyen d'atteindre Tyler grâce à moi.

Caitlin : Je comprends Tyler. Tu peux prendre tout ton temps. J'attendrais. Sache que je serais là pour t'aider et t'apporter du soutien.

Il n'osait pas se lançer. Je n'étais pas du genre à insister. S'il a besoin de temps, je comprendrais bien sûr. Finalement, il me raconte ce qui s'est passé. C'était la même chose. Des personnes avaient surgi de nulle part sauf qu'elles venaient pour lui seul. Il s'était pris un coup sur la tête. Jillian l'aurait sauvé à ce moment-là. J'admire vraiment cette personne. Ensuite, il a du être admis à l'hôpital durant plusieurs jours. J'écoutais attentivement. Il m'explique qu'il avait des séquelles assez intenses qui ont fait naître ses migraines inexpliquées qui partent avec une gorgée d'eau. Je comprends mieux maintenant. En rentrant chez lui, il l'avait trouvée. Elle était étendue sur le sol. Il commençait à être de plus en plus triste. Je prenais sa main.

Caitlin : Tu n'es en aucun cas responsable de ce qui est arrivé. Ce sont les personnes qui ont fait ça qui méritent de payer pour leurs crimes. Tu es quelqu'un de bien Tyler. Tu es exceptionnel. Jamais je ne te laisserais, je ne mourrais. Mon père m'a prévenu que je serais sacrifiée mais je me battrais jusqu'au bout pour ne serait-ce voir que ton bonheur.

Je le prenais dans mes bras. Il pleurait de plus en plus. Je devais le réconforter.

Caitlin : Je suis là Tyler. Tout va bien. C'est quelque chose de traumatisant. J'en sais quelque chose. J'ai perdu ce que j'avais de plus cher au monde. Mais tu m'as appris qu'il ne fallait jamais rester seul et surtout en proie à la culpabilité. Tu es quelqu'un de bien. Je ne pense pas qu'elle voudrait que tu souffres non plus. Je me demande par contre si tu sais qui a causé sa mort. Je comprendrais si tu ne veux pas répondre mais si tu comprenais ce qui a bien pu arriver, tu pourrais tourner la page.

Je ne sais pas si j'ai bien fait de demander ça. Je voulais le réconforter. C'est vrai que s'il connaissait exactement toute l'histoire, peut-être qu'il pourrait avancer. C'est exactement la même chose pour moi. Je reste focaliser sur le passé, sur mes incertitudes en ce qui concerne ma famille. Nous sommes deux âmes perdues dans un monde vaste.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Tyler Laughlin

# WARRIOR #

Messages : 4004
Age : 25

Passeport
Puissance:
40000/50000  (40000/50000)
Lieux de résidence:


MessageSujet: Re: La peinture de l'enfer occasionnel (PV avec Caitlin Evans) Sam 3 Juil - 11:00

Caitlin était là. Elle essayait de me rassurer, alors que je restais fixé dans cette sensation si horrible de tristesse. Je détestais voir les personnes pleurer, mais moi, je pleurais si souvent, que j'en oubliais cette hantise. J'oubliais tout ceci car mes larmes amenaient souvent les leurs. Parler de cette vision de souffrance ramenait chaque amas de tristesse qui sommeillait. Cela amenait une intensité dramatique non souhaitée. Pourquoi était-elle là ? Je l'ignorais. Elle ne souhaitait que nous nuire, nous faire pleurer, amener cette tristesse et cette souffrance, qui détruisait chaque parcelle de l'âme. Pourquoi ? Pour le plaisir ? Pour ajouter une intensité apocalyptique dans nos vies ? Je ne pouvais pas connaître la réponse. J'étais encore trop fermé au monde qui m'entourait. Je devais encore apprendre à m'ouvrir. Ceci allait être difficile, mais ceci pouvait vraiment m'aider, si j'y arrivais uniquement. Elle me disait qu'elle était là auprès de moi, que tout allait bien. Elle savait que c'était quelque chose de traumatisant. Elle parlait par expérience car elle avait perdu ce qu'elle avait de plus cher au monde. Je lui aurais appris qu'il ne fallait jamais rester seul et surtout en proie à la culpabilité. Je ne pensais pas que je pouvais inclure cette notion en quelqu'un. Je ne pensais pas que j'étais assez fort pour pouvoir le faire. Elle pensait que Jillian ne souhaiterait pas cette souffrance. Mais la prochaine question, me surprenait un peu, comme elle ne faisait pas partir mes larmes. Caitlin aimerait savoir si je savais qui avait bien pu causer sa mort. Elle comprendrait si je ne répondais pas. Mais je ne savais pas si j'avais la force de répondre. Les circonstances de la découverte de son corps étaient si horribles. J'y pensais encore d'ailleurs, car j'avais beaucoup de mal à oublier. C'était simple à dire, car Jillian avait été la personne, qui avait amené le plus de bonheur dans ma vie et également la personne qui me manquait le plus dans ce monde. Je ne pouvais pas l'oublier. Elle pensait que si je comprenais ce qui avait bien pu arriver, que je pourrais tourner la page. Le problème était que je ne le saurais probablement jamais. L'enquête avait abouti à la même chose, comme d'habitude. Je n'avais aucune chance de comprendre ce qui avait pu se passer.

- J'ai bien peur de ne jamais comprendre ça. Durant toutes ces années, j'ai été hanté par cette vision d'horreur qu'a été la découverte de son corps. La voir étendue sur le sol juste à ma sortie d'hôpital avait été quelque chose de terrible pour moi. L'enquête officielle n'a abouti à rien. Moi aussi je trébuchais dans tout ceci. Je ne trouvais absolument rien. Je n'aurais probablement jamais la chance de comprendre ce qui a bien pu lui arriver. Rien que ceci ramène mes larmes. Cette histoire a été le début d'un lourd traumatisme. Tout ceci s'est accumulé avec le temps. C'est après cette histoire que j'ai commencé à me renfermer sur moi-même et à devenir si seul. Je ne sais pas si je pourrais tourner la page. Cela fait déjà depuis un long moment, que ceci me hante. Peut-être que cette arrivée de chance dans ma vie sera propice à cela. Ce serait tellement bien si je pouvais tourner la page grâce à Hamlet.

Rouvrir une enquête, après tellement d'années, quand aucun indice ne s'était présenté, était une chose impossible, même si ma volonté le souhaitait au fond d'elle. Je n'avais pas assez d'élément pour concentrer de nouvelles recherches. Je ne pouvais pas encore le faire. J'ignorais même si je pourrais le faire un jour. Si je pouvais le faire, l'occasion de comprendre et tourner la page existera, mais cela pouvait très bien trébucher et me faire souffrir encore. Oh non, j'hésitais. Je ne devais pas hésiter. Déjà, que j'avais du mal à réfléchir, il ne fallait surtout pas que j'hésite. Les conséquences sur mon état actuel pourraient être intenses voir même irréversibles. Déjà que je n'avais plus vraiment mal, je devais faire tout mon possible pour rester ainsi. Aggraver mon état signifirait que j'aggraverais également l'inquiétude de Caitlin. Je ne voulais pas tout ceci. Je ne souhaitais que son bonheur, rien que son bonheur. Le mien passait en dernier par contre. Je pensais à mon état en dernier car ce qui m'importait n'était autre que mes proches, rien que cela.

- Je suis désolé de t'avoir inquiétée au sujet de mon cauchemar. Je n'aime pas faire souffrir les gens mais je le fais pourtant. Tu es une amie pour moi et je te fais souffrir. C'est inhumain comme réaction. Je ne suis pas le seul à vivre des traumatismes et je partage les miens avec toi. J'aimerais tellement que tout ceci s'arrête. J'en ai vraiment assez.

Je pleurais parce que je regrettais cette souffrance infligée. J'étais tellement coupable et tellement souffrant. Je me demandais même comment j'arrivais à survivre ainsi. J'avais accepté de continuer parce que mon destin avait changé, le jour où mon ami m'avait sauvé. Je pensais que ma présence était utile. Je me posais vraiment des questions aujourd'hui, des questions que je ne devrais même pas me poser. Etait-ce à cause des coups que j'avais reçus ? Quelque chose en moi avait pu avoir un problème, être défaillant et brisé. Le réglage était peut-être faux. Toutes ces pensées macabres ne venaient peut-être que d'un problème de réglage en moi. Qu'est-ce que cela pouvait concerner ? Quel secteur pouvait être touché ? Mon dieu, j'avai peur, vraiment peur.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: La peinture de l'enfer occasionnel (PV avec Caitlin Evans)

Revenir en haut Aller en bas

La peinture de l'enfer occasionnel (PV avec Caitlin Evans)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 5 sur 6Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: MANHATTAN :: - MANHATTAN UPTOWN :: Appartements et Lofts :: Appartement de Tyler Laughlin-