Heroes Stories est un forum RPG créer sur les bases de la série Heroes.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

Philosophie digne d'Hamlet (solo)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Tyler Laughlin

# WARRIOR #

Messages : 4004
Age : 25

Passeport
Puissance:
40000/50000  (40000/50000)
Lieux de résidence:


MessageSujet: Philosophie digne d'Hamlet (solo) Ven 2 Juil - 10:57

[Après Tempête et Désespoir]

Je marchais, pas à pas, dans un hasard si complet et indécis, dans mon modeste appartement. Honnêtement, j’ignorais où j’allais et ceci n’avait aucune importance pour moi. Tant que je marchais, le reste passait au second plan. Comment pouvais-je vivre dans une philosophie meurtrière, si ressemblante à celle d’Hamlet ? Je perdais mes amis un par un, il n’en restait plus que deux. Je priais pour qu’ils ne connaissent pas le même sort, mais j’avais tout de même peur que ce soit le cas. Comment ne pas avoir peur quand le malaise venait sans cesse ? Je ne pouvais pas ignorer tout ceci. La véritable noblesse de l’esprit était de connaître la joie, mais je ne faisais que souffrir, souffrir, encore souffrir, pour au final quoi : Pleurer ? Mourir ? Dormir ? Rêver ? Je n’avais aucune idée de la réponse. Je ne savais plus comment faire pour réfléchir.

J’avais perdu le sens même du mot « conscience » , le jour de mon dernier passage à l’hôpital, il y a seulement deux jours. Par volonté de jouer encore une fois le héros, j’avais tort de vouloir le faire. J’avais rencontré un homme, doté d’un pouvoir de télékinésie, qui m’avait envoyé contre le mur. J’ai du rester à l’hôpital pendant deux jours, pour cause d’aggravation de blessures antérieures. J’avais toujours le chic pour me mettre dans ce genre de situation un peu étrange et trop macabre même. Pourquoi avais-je toujours la fâcheuse idée de me blesser sans cesse ? Non mais pourquoi ?

Je me renfermais sur moi-même depuis ce jour maudit, où j’avais découvert le cadavre ensanglanté de mon ami, étendu à terre dans son domicile. Cette vision de lui restait dans mon esprit, comme une marque indélébile tellement frappante. Je ne pouvais pas oublier ce que j’avais vu. Cela me hantait à chaque niveau de la journée, le jour comme la nuit. J’en faisais encore des cauchemars. Mon sommeil avait été considérablement réduit de la majorité de sa puissance de Morphée. J’étais affaibli physiquement et épuisé mentalement. Je n’en pouvais plus de tout ceci. Que pouvais-je faire pour y remédier ? Pouvais-je crier mon désespoir et ma mauvaise situation ? Je ne pouvais pas car je n’en avais pas la force. Je n’avais pas encore assez de force pour m’ouvrir au reste du monde, alors que c’était la seule solution pour pouvoir redevenir normal, un humain normal et non un ermite, sans cesse à l’hôpital ou cloitré dans son appartement.

Je devais changer mais pour cela je devais amorcer ce changement. Avec deux ou trois heures de sommeil par nuit, je ne pouvais pas vraiment compter sur ce domaine-là. Alors que pouvais-je faire ? Je devrais peut-être finalement suivre le conseil de Claire, qui me disait de parler à mes amis, à savoir Nathan et Caitlin. Malheureusement, j’ignorais où ils se trouvaient, que ce soit l’un ou l’autre. Comment le savoir ? L’un pouvait être à un rendez-vous politique et l’autre pouvait être ailleurs, pour préparer un futur concert par exemple. Comment les trouver quand leurs emplois du temps étaient si compliqués à mes yeux ? Avec trop de complexités, comment les voir le plus de temps possible ? J’avais tellement besoin d’eux mais ils n’étaient pas là. Je pleurais leur absence.

Pour commencer une recherche, je devais d’abord apprendre à sortir de mon appartement, c’était logique. Je pouvais le faire, il ne suffisait que de le vouloir. J’enfilais ma veste, sans prendre de parapluie, même si un déluge total était prévu dans les conditions climatiques d’aujourd’hui. Je m’en fichais. Même tomber malade m’importait peu, car le reste de mon traumatisme était beaucoup plus puissant, beaucoup plus sanguin. Comment oublier ceci au profit du reste ? Je ne pouvais pas encore. J’avais besoin de mes amis pour ça. Je devais les retrouver. Je franchissais la porte. J’étais enfin dehors. Je fermais la porte à clé.

J’avais l’intention de parcourir la ville, au hasard, histoire d’oublier un peu tout ce qui perturbait mon esprit. J’avais besoin de me détendre, de consoler ma triste peine. Je commençais donc à marcher, espérant que mon parcours croiserait enfin celui de Caitlin ou de Nathan. J’avais tellement besoin d’eux. J’ignorais où ce parcours me conduirait, mais je m’en fichais. Je ne souhaitais qu’une seule chose, que mon souhait puisse enfin se réaliser. Je ne voulais que les revoir. Je ne voulais plus rester seul. Je devais changer, comme Claire me l’avait dit. Je devais profiter de la présence de mes amis, car ils pouvaient tous les deux m’aider à leur manière.



[vers Le Tambour de la Souffrance]
Revenir en haut Aller en bas

Philosophie digne d'Hamlet (solo)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: MANHATTAN :: - MANHATTAN UPTOWN :: Appartements et Lofts :: Appartement de Tyler Laughlin-